Patchi Souk

BOUTIQUE PATCHINO AUX SOUKS DE BEYROUTH

… pays : liban
… ville : beyrouth
… maître d’ouvrage : patchi sal
… superficie : 34 m²
… calendrier : 2009-2010

… photographe : luc boegly

          descriptif en bas de page

 

Les souks historiques de Beyrouth, situés dans le quartier rénové de Solidere, en plein centre-ville, ont été détruits par la guerre civile au Liban. Ils ont été entièrement reconstruit par l’architecte espagnol Rafael Moneo et réouvert en 2009.
C’est dans ce nouveau complexe commercial et touristique que se situe cette nouvelle boutique du chocolatier libanais Patchi.

À cette occasion Patchi a décidé de rompre avec les codes qui ont contribués à sa réputation à travers tout le Moyen Orient, le “chocolat bijoux” présenté sur un cône de plexiglas.
Pas de comptoir, mais uniquement des boîtes de la gamme extensive des “Gourmandines”.

La boutique est située à l’angle de deux rues intérieure, face à une place très fréquentée. L’emplacement ne bénéficiant que d’une surface restreinte au sol – à peine plus de 25m2 – mais d’une hauteur confortable  – 7m – l’aménagement d’une mezzanine est fortement suggérée par le client.
Mais l’installation d’un escalier et d’un ascenseur à l’arrière de la boutique s’avère prendre trop de place.
L’architecte propose alors de valoriser la double hauteur par un dispositif scénique privilégiant son expression.

La forme trapézoïdale du plan accentue la perspective et la perception de profondeur de la boutique transformant cette surface exiguë en un espace généreux ouvert sur l’extérieur.
Le linéaire d’exposition des produits est traité en creux dans les parois qui épousent les contours du trapèze. Les boîtes, barres et tablettes de chocolats sont présentées sur des étagères filantes, sans montants verticaux, dont les espacements varient afin d’accommoder toutes les tailles de produits.
Des rails de led installés sous chaque étagère permettent de mettre en valeur le “facing” des produits.

La partie inférieure des parois est traitée à l’instar d’un soubassement lisse, dissimulant les placards dans lesquels sont stockés les produits nécessaires au réassort.

En partie haute, les étagères filantes, semblent se répéter  comme des stries, sur toute la hauteur disponible. Elles intègrent un système d’éclairage indirect qui permet de préserver la plafond de multiples perforations.

La banque, plaquée d’ébène de Macassar, abrite la caisse et les équipements de sonorisation et permet de présenter les nouveaux produits de la gamme Gourmandines.

À l’arrière, un meuble paravent, reprenant les formes et matériaux de la banque sert de rangement pour les sacs suspendus à des patères en inox brossé.

Retour »