Conseil Général Extension

MAISON DU CONSEIL GÉNÉRAL DE L’ISÈRE

… pays : france
… ville : saint marcellin, isère
… maître d’ouvrage : conseil général de l’isère
… mission : complète + opc
… montant des travaux : 2 097 000 €
… superficie :  2 759 m²
… calendrier : 2006-2010

… photographe : luc boegly

          descriptif en bas de page


MAISON DU CONSEIL GÉNÉRAL À SAINT-MARCELLIN | ISÈRE | PART 1

La Maison du Conseil général du Sud Grésivaudan, à Saint-Marcellin, s’inscrit dans la démarche de territorialisation des services du Conseil général de l’Isère lancée en 2007 pour rapprocher les isèrois, avec la création de 13 Maisons, une sur chaque territoire de l’Isère. Ce nouvel équipement public regroupe 70 agents auparavant répartis sur quatre sites provisoires du Sud-Grésivaudan.
La Maison du Conseil général investit trois étages de l’aile A de l’ancienne Manufacture des Tabacs de Saint-Marcellin et vient ainsi compléter le pôle administratif déjà en fonction. Situé à l’arrière du ténement, l’entrée de la Maison devait être à la mesure de l’institution qu’elle représente. Un immense cadre se dresse au-dessus du parvis, il annonce le changement et le nom de l’institution. Derrière les brises soleil qui zèbrent l’intérieur du cadre, des volumes vitrés accueillent au premier étage les salles de réunions et au second les bureaux des élus. Au rez-de-chaussée, le hall d’accueil, largement dimensionné, permet d’installer des expositions temporaires relatant les actions de la Maison.

ESCALIERS & PARVIS
L’aménagement de la cage d’escalier existante, livrée brute, joue avec les nouvelles normes d’accessibilité en vigueur. En supprimant les portes palières initialement prévues, en doublant de polycarbonate les panneaux de Reglit et en installant des panneaux rayonnants, la cage d’escalier baignée de lumière naturelle invite agents et utilisateurs à privilégier l’escalier à l’ascenseur, dans le cadre d’une démarche environnementale et de santé publique.
L’escalier de secours de l’extension prolonge le clin d’œil au passé industriel du site et trouve son expression dans les matériaux. Sur un sous-bassement cylindrique de maçonnerie il est entièrement habillé de bacs acier micro-perforés et laqués permettant de conserver un lien visuel direct avec l’extérieur.
La création et l’aménagement du parvis, témoigne de l’approche pragmatique du cabinet l’Autre Fabrique qui favorise les dispositifs simples privilégiant le bon sens.
Les parties en pierre du mur de clôture existant, qui devait être démolies pour la création de nouvelles places de parking, ont été soigneusement déposées, pour être réemployées avec ses couvertines et créer le muret bas, encadrant l’accès au parvis.
Ce muret se prolonge sur la droite jusqu’à l’entrée de l’extension, constituant l’élément structurant du cheminement qui permet aux personnes ayant une déficience visuelle ou motrice d’accéder à l’entrée du bâtiment. Réalisé en béton brut, il accueille un banc et se termine par un totem signalétique incluant lecteur de badge et interphone.


HISTORIQUE

Les saint-marcellinois ont toujours appelé cet établissement, à tort d’ailleurs, la manufacture. La ville de Saint-Marcellin a même donné ce nom à une rue qui longe un de ces bâtiments. Les planteurs de tabac, mieux informés, disaient qu’ils livraient leur récolte au magasin des tabacs, ou à l’entrepôt des tabacs puis, plus tard, au centre de fermentation des tabacs.
Le  centre de Saint-Marcellin est construit en 1883 par le monopole des tabacs français et demeure sa propriété jusqu’en 1997.
La réduction massive de la production, comme les nouveaux modes de préparation du tabac, ont rendu obsolètes les bâtiments du centre de fermentation de Saint-Marcellin, à l’architecture républicaine si singulière dans le paysage rural. On aurait pu craindre qu’ils ne soient détruits.
Fort heureusement, la ville de Saint-Marcellin l’acquiert en 1997. En 1999, elle cède gracieusement l’aile centrale à la communauté de communes du pays de Saint-marcellin qui deviendra la maison de l’économie.
Aujourd’hui, les 12 000 m2 de plancher sont affectés à de nombreuses institutions publiques ou associatives qui se partagent ce vaste lieu, trouvant ainsi de nouveaux espaces pour leur développement. Ces murs abritent la Maison de l’économie, une antenne de Pôle Emploi, le pôle formation de la Communauté de commune, la salle municipale d’arts martiaux et un restaurant scolaire, la Maison des Associations (réalisée par l’Autre Fabrique) le Centre Médical Psychologique
La réhabilitation de cet ensemble devrait se poursuivre par la restructuration de la maison du gardien.

Retour »